jeudi 14 février 2019 à 17h30

Le retour de la lutte des femmes en France ?

Rendez-vous à 17H30 le Jeudi 14 février à l'Université de Bordeaux Victoire, arrêt Victoire du Tram B, dans l'amphithéâtre Pitres !

Du développement de "Nous Toutes" jusqu'au mouvement des Gilets Jaunes dans lequel les femmes sont aux avant-postes, la question d'une nouvelle vague de luttes des femmes en France se pose. Celle-ci s'ancre dans un contexte international convulsif où le mouvement des femmes semble prendre un tournant. Des mobilisations #NiUnaMenos jusqu'à #MeToo ; entre les grèves des femmes en Islande, pour le droit à l'avortement en Pologne et les mobilisations dans l'État espagnol pour dénoncer la justice patriarcale, mais aussi la lutte pour le droit à l'avortement en Argentine et la mobilisation des femmes contre Bolsonaro au Brésil : les femmes ont définitivement repris la rue !

Dans un contexte où les femmes font de plus en plus partie intégrante de la classe ouvrière et sont en première ligne face à la précarité, pouvons-nous dire que cette nouvelle vague qui émerge, marquée par une polarisation sociale et politique dans de nombreux pays, est synonyme d'un nouveau cycle de radicalisation et de lutte des classes ? En France, cette nouvelle vague internationale, peut-elle radicalement changer la conjoncture des luttes ? Quelles perspectives pour le mouvement des femmes ? Comment s'y préparer ?

Nous profitons de la venue d'Andrea d'Atri, figure du mouvement féministe en Argentine pour organiser une conférence-débat jeudi 14 février à 17h30 à l'Université Bordeaux Victoire. Fondatrice du collectif de féministes révolutionnaires Pan Y Rosas, celle-ci nous fera part de son expérience au sein du mouvement Ni Una Menos et de la lutte pour le droit à l'avortement en Argentine.

Rendez-vous à 17H30 le Jeudi 14 février à l'Université de Bordeaux Victoire, arrêt Victoire du Tram, dans l'amphithéâtre Pitres !

Source : message reçu le 7 février 12h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir